clocher comtois    Le clocher comtois se caractérise par son aspect de clocher-porche surmonté d'un dôme à l'impériale (ou en impériale). Il a été édifié en nombre lors de la reconstruction des églises franc-comtoises au xviiie siècle : on compte près de 700 clochers de ce type dans la province, ce qui représente plus du tiers des communes de Franche-Comté.

Description

  Construit sur une base carrée à l'ouest de la nef qu'il domine de plusieurs mètres le clocher comtois est percé d'un porche à sa base et comporte dans sa partie supérieure une horloge monumentale et des abat-sons au niveau des cloches. Il est surmonté d'un dôme à pans dont les courbes et contre-courbes dessinent des arêtes en forme de S qui se croisent au sommet. Les arêtes à bord relevés forment des arcatures rappelant la forme archée en croix de la couronne fermée des empereurs, d'où sa qualification de clocher à l'impériale.

Historique

    L'architecture du dôme comtois est dérivée des coupoles de la Renaissance italienne comme celles de Florence ou de la basilica di Santa Maria Assunta, à Gênes. La diffusion du modèle s'affirme aux xvie et xviie siècles : un exemple est repérable dans la province de Franche-Comté avec le clocher-porche de la collégiale de Dole, achevé en 1596 et réalisé d'après un dessin de l'architecte Hugues Sambin. L'architecture classique va offrir des réalisations de dômes célèbres comme à Paris la chapelle de la Sorbonne, l'église du Val-de-Grâce, la Coupole de Académie française ou l'Hôtel des Invalides. Ces dômes sont circulaires ou à pans multiples (l'Église Sainte-Agnès-en-Agone à Rome du milieu du xviie siècle en est un autre exemple) et le dôme à l'impériale apparaît comme une simplification de ce dernier. Sa naissance autour des années 1730 reste cependant mystérieuse...

source : wikipedia